En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Actualités

Tous les articles (47)
  • Matinée spectacle autour d'un album écrit et illustré par les 2APR.

    Catégories :  2017-2018
    Par REMI SAKSIK, publié le dimanche 11 février 2018 16:00 - Mis à jour le dimanche 11 février 2018 16:27
  • Journée Portes Ouvertes 2018

    Catégories :  2017-2018
    Par Bénédicte FAURY, publié le lundi 29 janvier 2018 14:49 - Mis à jour le samedi 3 février 2018 17:26
  • ParcourSup

    Par Michel Cot, publié le samedi 3 février 2018 17:23 - Mis à jour le samedi 3 février 2018 17:23
  • Dossier social étudiants

    Par Michel Cot, publié le samedi 3 février 2018 17:00 - Mis à jour le samedi 3 février 2018 17:23
  • Epreuve de contrôle

    1
    Par REMI SAKSIK, publié le mardi 4 juillet 2017 18:25 - Mis à jour le mercredi 5 juillet 2017 15:12

    Préparation des élèves pour l'épreuve de contrôle

           mercredi 5 juillet à partir de 13h30 :

     

    Conseils pour passer l'épreuve

                Consignes de mise en œuvre pour

    l’épreuve orale de contrôle du baccalauréat professionnel 

     

    I- Rappel de la règlementation de l’épreuve orale de contrôle

    1-Conditions d’accès à l’épreuve orale de contrôle

    Une épreuve de contrôle est instaurée par le décret n° 2009-145 du 10 février 2009 relatif au baccalauréat professionnel

    à compter de la session 2009. Aux termes de ce décret, peuvent se présenter à cette épreuve les candidats qui auront obtenu,

    à l'issue des épreuves obligatoires et, le cas échéant, de l'épreuve facultative, une moyenne générale égale ou supérieure à 8

    et inférieure à 10 sur 20 et une note au moins égale à 10 sur 20 à l'épreuve qui évalue la pratique professionnelle (U3).

    2 - Contenu de l'épreuve de contrôle

    Selon l’arrêté du 18 février 2010 paru au bulletin officiel n°14 du 8 avril 2010, il est précisé :

    « L'épreuve de contrôle prévue au 2° de l'article D. 337-69 comporte deux parties :


    - l'une portant sur les connaissances et compétences scientifiques et techniques évaluées dans l'épreuve E1 du règlement d'examen ;
    - l'autre sur les connaissances et les capacités évaluées dans l'épreuve E5 du règlement d'examen.

     L'épreuve consiste en deux interrogations, d'une durée de quinze minutes chacune, menées successivement l'une par un enseignant de mathématiques

    et de sciences physiques ou de la spécialité concernée, l'autre par un enseignant de français et histoire-géographie.

    Pour chaque partie de l'épreuve, le candidat est appelé à traiter un sujet tiré au sort et préalablement préparé pendant une durée de quinze minutes.

    Il peut s'agir, pour chaque sujet, d'une question ou d'un document simple à commenter. Pour la deuxième partie de l'épreuve,

    le sujet tiré au sort porte soit sur le français, soit sur l'histoire-géographie. »

    Le candidat n'a aucun document à apporter pour passer l'une ou l'autre des parties de l'épreuve.

     

    Le candidat présente deux épreuves :

    • obligatoirement une épreuve de français ou d’histoire-géographie

    • selon les spécialités, une épreuve de « mathématiques » ou « d’économie-droit » ou de « sciences et technologies industrielles » en lien avec une problématique professionnelle.

    Première sous-épreuve définie selon les spécialités

    Epreuve de mathématiques et de sciences physiques

    Le candidat tire au sort un exercice. Les exercices proposés couvrent l’ensemble du programme de formation correspondant à la spécialité.

    Un candidat peut donc être interrogé sur n’importe quelle unité du programme. Le candidat présente oralement à l’examinateur la résolution

    de l’exercice qu’il a tiré au sort. Il peut éventuellement être amené à utiliser le tableau mis à sa disposition dans la salle ou présenter

    une trace écrite de ce qu’il a effectué pendant la préparation (15 minutes).

     

    Epreuve d’Economie et de droit

    Concernant les baccalauréats professionnels « comptabilité », « secrétariat », « accueil et relation clients et usagers », « commerce » et « vente »,

    le candidat tire au sort un sujet d’économie ou de droit.

    Le sujet est en lien avec la spécialité du diplôme et couvre l’ensemble du programme.

    Après une préparation de 15 minutes, l’interrogation est menée par un enseignant de la spécialité concernée.

     

     

    Seconde sous-épreuve obligatoire

    Le candidat tire au sort un sujet de français, d'histoire ou de géographie.

    - En français, le libellé du sujet invite le candidat à présenter une lecture d'œuvre intégrale ou un groupement de textes choisis parmi

    ceux étudiés pendant l'année de terminale.

    Les candidats n'ayant pas suivi la formation de terminale, en particulier ceux se présentant à l'examen au titre de l'expérience professionnelle,

    présentent une œuvre littéraire ou cinématographique qui les a particulièrement intéressés.

    Le libellé est ainsi rédigé : « Après avoir présenté une œuvre/un groupement de textes le plus précisément possible (titre(s) d'œuvre(s),

    auteur(s), époque(s) de publication, propos de l'œuvre/des textes), vous expliquerez ce qui vous a intéressé dans cette étude dont vous présenterez les principales lignes de force. ».

    - Le candidat s'exprime d'abord de façon autonome (exposé).

    - L'examinateur engage ensuite un dialogue avec le candidat, soit en poursuivant sur le même sujet, soit en élargissant le champ de la réflexion à l'ensemble du programme de l'année de terminale.

     

    - En histoire-géographie, le sujet porte sur le programme de terminale d'histoire ou de géographie.

    - Le sujet peut consister en un commentaire simple d'un document fourni par l'examinateur (texte court, image, graphique, carte thématique, etc.) qui porte sur un des sujets d'étude du programme.

    - En l'absence de document, le sujet consiste en une question assez large portant sur un des sujets d'étude du programme.

    Le candidat présente un exposé, suivi d'un échange avec l'examinateur qui peut, le cas échéant, élargir le questionnement à d'autres parties du programme.

     

    3- Matériel

    - Le candidat doit se munir d’une pièce d’identité avec photographie.

    - Un stylo.

    - Une calculatrice.

    - Une règle graduée, une équerre, un rapporteur, un compas, un crayon gris et une gomme.

    - Le téléphone portable est interdit, son utilisation comme montre ou calculatrice est également interdite.

    - Le sac devra être déposé à l’entrée de la salle.

    - Un brouillon sera mis à disposition.

    4- Notation

    L'épreuve est notée sur 20, chaque partie étant notée sur 10.

    A l’issue de l’épreuve de contrôle, les candidats qui ont obtenu une note finale au moins égale à 10 sur 20 sont déclarés admis, après délibération du jury.

    L’épreuve de contrôle ne peut donner lieu à l’attribution d’une mention.

    Cette note finale est la moyenne entre la note obtenue à l’épreuve « oral de contrôle » et la note moyenne obtenue aux épreuves du « 1er groupe ».

    5- Résultats du second groupe

    La publication des résultats du second groupe se fera via Internet sur le site du rectorat .

     

     

    CONSEILS POUR PASSER L'EPREUVE ORALE

    Introduction

       1 Se présenter

       2 Présenter le sujet / le document/ la problématique

                 ---->Décrire le document : titre, date, source, type de document, idées principales

      

       3 Annoncer le plan de la présentation

    Développement

     Répondre aux questions après les avoir reformulé

    Conclusion

    Reprendre les idées principales

      Ouverture si possible

Abonnements
Flux RSS
Trier par
Catégories
Auteurs